Union locale CGT Paris 5ème/6ième (UL-CGT 5-6)

La Métropole du Grand-Paris

Le 7 décembre, manifestons (2)

Le 7 décembre, le collectif égalité des droits, justice pour tous qui appelle à la mobilisation. Fédéré autour de 230 associations, organisations politiques et syndicales de gauche, ce collectif entend porter trente revendications, pour faire écho aux trente ans de la Marche pour l’égalité et contre le racisme. « Aujourd’hui, force est de constater que le chantier de la lutte contre le racisme est énorme. Mais se battre contre le racisme ne suffit pas. C’est le sens de nos revendications très concrètes », explique le cinéaste Mehdi Lallaoui.

Ces trente propositions ont toutes pour cible les mécanismes producteurs d’inégalité et les logiques néolibérales. En premier lieu, les violences policières et les crimes racistes, qui continuent à exister. « Nous demandons l’arrêt du contrôle au faciès et nous réclamons l’indépendance de la justice dans toutes les procédures visant les violences policières, détaille Alima Boumediene, ancienne sénatrice et militante associative. Enfin, nous voulons l’extension de l’amnistie pour les syndicalistes aux inculpés des révoltes urbaines des quartiers populaires. » Pour le collectif, nul doute que les racines du racisme se nichent dans le grignotage des droits sociaux. C’est dans cette optique qu’il a choisi de porter, comme l’ont fait les marcheurs de
1983, le droit de vote des étrangers mais aussi l’abrogation de la double peine, l’égalité de traitement pour les chibanis, le droit au logement sans discrimination, ou encore le droit aux services publics dans les quartiers populaires.

Départ du Square St Bernard-Saïd Bouziri, devant l’église, jusqu’à la place de la République.

En 1983, la seule revendication qui avait été accordée aux marcheurs a été la carte de séjour de dix ans. Sauf que trente ans après, cette carte est délivrée au compte-gouttes. Et Fernanda Marruccheli, de la Fasti (Fédération des associations de solidarité avec les travailleurs immigrés), de conclure sur l’importance de la liberté de circulation et d’installation des personnes comme condition nécessaire d’une société plus égalitaire.

Cet article a été publié le 2 décembre 2013

Valid XHTML 1.0 Transitional CSS Valide !

Union locale CGT Paris 5ième/6ième (UL CGT 5-6)