Union locale CGT Paris 5ème/6ième (UL-CGT 5-6)

La Métropole du Grand-Paris

Le gouvernement augmente le Smic de 10 centimes de l’heure

Il n’y aura pas eu de surprise : campant sur le dogme selon lequel la feuille de paie serait l’ennemie de l’emploi, le gouvernement a décidé hier de faire le minimum pour le salaire minimum. Au 1er janvier 2014, il augmentera strictement comme le prévoit la loi (c’est-à-dire en fonction de l’évolution des prix et de celle du salaire réel de base des ouvriers et employés) soit 1,1 %, faisant passer le Smic horaire brut de 9,43 à 9,53 euros. Pour ceux qui travaillent à plein-temps, cette hausse représente environ 12 euros par mois.

Selon les derniers chiffres officiels, 3,1 millions de travailleurs sont concernés par cette obole. A titre de comparaison, les prix de produits et services essentiels, pesant proportionnellement plus lourd dans le budget des foyers modestes, ont augmenté, et vont s’élever encore, bien davantage : ainsi de l’électricité renchérie de 5 % en août dernier, avant une nouvelle hausse prévue de 5 % l’an prochain, ou des + 2,5 à 3 % prévus pour les tarifs des mutuelles santé en 2014…

Le gouvernement a donc refusé de donner un coup de pouce au Smic, comme le permet la loi, pour aller au delà de la hausse minimale automatique, suivant en cela les recommandations des experts chargés de l’éclairer. Dans leur rapport, ceux-ci reconnaissaient certes que les études empiriques et théoriques ne prouvent pas qu’une hausse du Smic aura un effet négatif sur l’emploi. Pourtant, sans crainte du paradoxe, ils conseillaient au gouvernement d’y renoncer, en reprenant ce même argument…

Trois syndicats, CGT, FO, CFTC, ont plaidé pour un coup de pouce. La CGT, dénonce une décision qui nuit au pouvoir d’achat et à la croissance et revendique que le Smic soit porté rapidement à 1 700 euros (brut) par mois.

Cet article a été publié le 17 décembre 2013

Valid XHTML 1.0 Transitional CSS Valide !

Union locale CGT Paris 5ième/6ième (UL CGT 5-6)