Union locale CGT Paris 5ème/6ième (UL-CGT 5-6)

La Métropole du Grand-Paris

Stagnation des salaires, stress…

Le chômage qui n’en finit plus de grimper est l’un des symboles de la crise qui a aussi des effets plus pernicieux, comme la dégradation des conditions de travail de ceux qui ont encore un emploi. C’est ce que montre un sondage de l’institut Think selon lequel les trois-quart des salariés français disent ressentir personnellement la crise.

En tête des conséquences les plus citées, la stagnation du niveau des rémunérations qui concerne 62% des personnes interrogées. Suivent le stress, qui touche 41% des sondés, et la hausse de la charge de travail dont se plaignent 37% d’entre eux. 33% évoquent une dégradation de l’ambiance dans l’entreprise, une baisse de motivation et le fait d’avoir peu d’espoir d’évoluer professionnellement.

Plus de la moitié des sondés (54%) estiment par ailleurs que leurs conditions de travail ont évolué de façon négative ces trois dernières années. Ils restent tout de même plus d’un sur deux à se dire optimistes sur l’évolution à l’avenir de leur situation professionnelle (54%) et l’évolution de leur entreprise (52%). Mais beaucoup moins sur l’évolution de leur rémunération (37%) et sur le contexte économique et le marché de l’emploi en France (29%).

Cet article a été publié le 13 février 2014

Valid XHTML 1.0 Transitional CSS Valide !

Union locale CGT Paris 5ième/6ième (UL CGT 5-6)