Union locale CGT Paris 5ème/6ième (UL-CGT 5-6)

La Métropole du Grand-Paris

Du travail pour tous

Les licenciements n’en finissent plus et sont toujours plus massifs. Le coût de la vie ne fait qu’augmenter. La perspective d’un retour à un vrai travail s’éloigne pour nombre d’entre nous. Mois après mois, chômeurs, précaires, nous sommes poussés par la crise à la misère. Non seulement nous payons pour une situation dont nous ne sommes pas responsables, mais ceux qui en sont à l’origine, détruisent méthodiquement tout ce qui nous permettrait d’y faire face. Cela suffit ! En ce moment se négocie la convention d’assurance chômage dans un contexte de crise et le carcan de l’Accord National Interprofessionnel paraphé par la CFDT, la CGC, la CFTC et le patronat et largement contesté par la CGT. Revient dans cette négociation les droits dits « rechargeables ». Les droits rechargeables pour les chômeurs devront être financés à moyen constant par le budget de l’Unedic, c’est-à-dire qu’on va devoir indemnisé plus de chômeurs avec la somme actuelle. Proposer des droits rechargeables à moyen constant avec un chômage qui atteint des records historiques c’est réduire ou « le taux d’indemnisation » ou « la durée » alors qu’il serait urgent d’imposer au patronat l’augmentation des cotisations sociales pour pouvoir augmenter le montant de l’indemnisation qui est aujourd’hui à 57,4% du salaire brut. Il est impossible d’ouvrir des droits rechargeables à moyen constant sans baisser le salaire journalier de référence ou la durée d’indemnisation….ou les deux ! L’indemnisation déjà largement attaquée en 2010, durant la dernière convention Unedic, a jeté un million de chômeurs en fin de droit, en réduisant la durée d’indemnisation en nous basculants vers l’ASS ou le RSA ou vers rien du tout pour certains. 5 MILLIONS de Chômeurs Privés d’Emploi 1 Chômeur sur 2 NON Indemnisé Nous n’accepterons plus que les travailleurs privés d’emplois soient pointés du doigt et stigmatisés par un gouvernement discrédité ! Nous refusons d’être poussés à la rue faute de pouvoir continuer à payer nos loyers ; de ne pouvoir accéder à une alimentation saine. Nous ne laisserons pas faire le patronat et le gouvernement qui par soumission au MEDEF va encore exclure un plus grand nombre de chômeurs de l’indemnisation. L’avenir social de l’UNEDIC et son financement : cela nous concerne tous ! Mobilisons-nous !
Rassemblement à 12h00, le 27 février devant le MEDEF 55 avenue Bosquet 75007 PARIS - Métro école militaire

Cet article a été publié le 15 février 2014

Valid XHTML 1.0 Transitional CSS Valide !

Union locale CGT Paris 5ième/6ième (UL CGT 5-6)