Union locale CGT Paris 5ème/6ième (UL-CGT 5-6)

La Métropole du Grand-Paris

Quand la Sécu paie, entre autres, les fautes de Sanofi

On peut être reconnu responsable d’une faute inexcusable et ne pas avoir à verser un sou.

A sept reprises, le géant pharmaceutique français Sanofi a été condamné pour avoir exposé à l’amiante sept anciens salariés dans son usine de Vitry-sur-Seine (Val de Marne). Et à sept reprises, l’industriel a gardé son carnet de chèques au chaud, à la faveur d’erreurs administratives commises par la caisse primaire d’assurance maladie du Val-de-Marne : dossier envoyé à une mauvaise adresse, délais dépassés…
Une possibilité jusque-là légale qui oblige la Sécu, quand elle cafouille, à payer les indemnités aux victimes à la place de l’employeur. Coût de ces bévues pour la collectivité : au moins 1 million d’euros, selon les estimations de Serge Franceschina, de l’Association nationale de défense des victimes de l’amiante (Andeva).

Pas de quoi, pour autant, satisfaire Sanofi qui, en dépit des jugements de première instance, fait régulièrement appel.

Cet article a été publié le 17 mars 2014

Valid XHTML 1.0 Transitional CSS Valide !

Union locale CGT Paris 5ième/6ième (UL CGT 5-6)