Union locale CGT Paris 5ème/6ième (UL-CGT 5-6)

La Métropole du Grand-Paris

Une certaine idée du syndicalisme

La nouvelle convention d’assurance-chômage entre en vigueur ce matin. Issue d’un accord entre le patronat, la CFDT, FO et la CFTC, elle concerne tous les chômeurs. Agrée par le gouvernement, la convention fixe les nouvelles règles d’indemnisation pour deux ans. Les changements de règles sont censées dégager 800 millions d’économies par an en 2015 et 2016.

Les personnes quittant leur entreprise à partir de ce mardi avec un « chèque » suite à une rupture conventionnelle ou un licenciement autre qu’économique devront attendre jusqu’à 180 jours, au lieu de 75 auparavant, pour percevoir leur allocation !

Jusqu’alors, les rémunérations des 240 000 salariés âgés de 65 ans et plus étaient exonérées de cotisations chômage. Ce n’est plus le cas à partir d’aujourd’hui. Les bornes d’âge pour le maintien de l’indemnisation-chômage jusqu’à la retraite sont relevées.

Le taux de remplacement minimal (rapport entre l’allocation et l’ancien salaire) passe de 57,4 % à 57 %. 600 000 chômeurs, qui sont à ce plancher, perdront en moyenne 12 euros par mois.

La convention allonge le différé d’indemnisation des intermittents. Mais le gouvernement a suspendu cette mesure au moins jusqu’au 31 décembre.

Cette convention instaure des « droits rechargeables », qui assureront à tout chômeur de ne jamais perdre de droits à allocation lors d’une reprise d’emploi. Un million de personnes en bénéficieraient. Pour que Pôle Emploi ait le temps de s’y préparer, les droits rechargeables n’entreront en vigueur que le 1er octobre.

La hausse des cotisations chômage et le plafonnement du cumul entre revenus d’activité et indemnisation s’appliquent en revanche dès aujourd’hui.

Cet article a été publié le 2 juillet 2014

Valid XHTML 1.0 Transitional CSS Valide !

Union locale CGT Paris 5ième/6ième (UL CGT 5-6)