Union locale CGT Paris 5ème/6ième (UL-CGT 5-6)

La Métropole du Grand-Paris

L’appétit vient en mangeant ?..

Pierre Gattaz entend remettre la pression sur un Premier ministre qu’il avait fait acclamer il y a quelques semaines lors de son université d’été.

Les propositions caricaturales du Medef fuitées dans la presse à la veille du vote de confiance, ressemblent à un chiffon rouge. PIl y propose de supprimer deux jours fériés sur les onze actuels (dont un n’est plus payé depuis 2004), d’instaurer un sous-Smic transitoire pour les chômeurs « les plus éloignés de l’emploi », une négociation au niveau de l’entreprise de la durée du travail, du taux de majoration des heures supplémentaires et de l’aménagement du temps de travail. Évidemment, la révision des « seuils sociaux » qui déclenchent les obligations pour les entreprises ou le travail du dimanche, que le gouvernement a déjà prévu d’élargir, sont abordés. Pas assez gavé, le Medef réclame que le crédit d’impôt compétitivité emploi (Cice) soit transformé en 2017 en baisse des cotisations sociales.

Les chiffrages de ces propositions apparaissent - y compris aux yeux des analystes libéraux - inexacts et grossiers.

Le catalogue patronal a été qualifié de « provocation » tant par la CFDT que par la CFTC, qui a même annoncé qu’elle ne participerait pas à une rencontre prévue avec le Medef le 22 septembre. « Toutes ces pistes, on les rejette, déclare le secrétaire général de FO, Jean- Claude Mailly. La prochaine étape, c’est de faire travailler les enfants ? »
Thierry Lepaon, s’est dit « stupéfait du culot » du Medef qui avance des propositions « ringardes » et d’un « archaïsme grandissant ». Le CDI de projet réclamé par l’organisation patronale, « c’est la mort du travail à durée indéterminée » et le travail du dimanche « n’a jamais créé d’emploi », a-t-il souligné, relevant qu’après « avoir critiqué les emplois aidés dans le secteur public », le Medef demande aujourd’hui « des emplois aidés dans le privé, quels que soient les résultats de l’entreprise ».
« J’attends du Premier ministre qu’il tire les choses au clair et ramène enfin le patronat à la raison », lors de son discours aujourd’hui devant le Parlement, a-t-il affirmé !!

Cet article a été publié le 16 septembre 2014

Valid XHTML 1.0 Transitional CSS Valide !

Union locale CGT Paris 5ième/6ième (UL CGT 5-6)