Union locale CGT Paris 5ème/6ième (UL-CGT 5-6)

La Métropole du Grand-Paris

Travail en miettes

La rotation de la main d’œuvre s’est considérablement accélérée en 30 ans. C’est l’un des enseignements de l’édition 2014 de « Emploi et salaires » publiée par l’Insee qui dresse un panorama très complet de la structure du marché du travail français.

13% des salariés sont en contrats précaires de plus en plus courts. Entre 1982 et 2011, le taux de rotation de la main d’œuvre a été multiplié par cinq, passant de 32% à 77% ; les embauches en CDI, de la moitié à 5% ; et la durée moyenne des CDD ou missions d’intérim de 3 mois à 1 mois. L’Insee n’est d’ailleurs par le seul a faire ce constat, l’Unedic avait déjà souligné la part grandissante des fins de CDD courts et de missions d’intérim dans les motifs d’inscriptions à Pôle emploi.

L’Insee évoque un changement dans le mode d’utilisation des contrats précaires. De fait ils sont une variable d’ajustement qui permet d’adapter rapidement au plus juste les effectifs.

La rotation augmente beaucoup plus vite dans les métiers où elle était déjà élevée. Ainsi, dans les 10 familles professionnelles au taux de rotation le plus faible (ingénieur, banque, assurance, etc.), la rotation a été multipliée par 1,5 en 20 ans. A l’opposé dans les 10 familles professionnelles où le taux de rotation était déjà élevé (restauration, manutention, spectacles, etc.), la rotation a quintuplé en 20 ans.

Et on veut nous faire croire qu’un assouplissement des règles encadrant les CDI permettrait d’insérer les salariés en emplois précaires ? !

Cet article a été publié le 22 septembre 2014

Valid XHTML 1.0 Transitional CSS Valide !

Union locale CGT Paris 5ième/6ième (UL CGT 5-6)