Union locale CGT Paris 5ème/6ième (UL-CGT 5-6)

La Métropole du Grand-Paris

Les syndicats veulent garder leur maison

Refusant de quitter la maison départementale des syndicats, à Cergy, où elles sont installées depuis 1979, les unions départementales CGT, CFDT, CFE-CGC, CFTC, FSU et FO-Métallurgie réunies en intersyndicale, ont décidé d’engager un véritable bras de fer avec le conseil général du Val-d’Oise. En juillet, la collectivité locale, propriétaire du bâtiment de la rue Francis Combes où ces derniers sont hébergés à titre gratuit, les a informés qu’elle résiliait la convention d’occupation de ces locaux.

Selon le président du conseil général du Val-d’Oise, Arnaud Bazin, « la situation financière du département est actuellement très difficile. Notre logique est avant tout gestionnaire. Héberger les syndicats ne fait pas partie des prérogatives du conseil général. »

Pour les organisations syndicales, « il est hors de question de partir et on ne discutera pas là-dessus, assure Olivier Dacheux, le porte-parole CFDT de l’intersyndicale et du comité de gestion de l’immeuble. On peut comprendre les soucis financiers du conseil général, mais il s’agit avant tout de ne pas faire reculer les droits syndicaux qui concernent dans le département des dizaines de milliers de salariés. Ici, on rencontre depuis plus de trente ans les salariés, on organise des permanences juridiques, les élections professionnelles sans parler des assemblées générales et des nombreuses réunions. Nous sommes en train de réfléchir à une action juridique pour rendre cette décision caduque. » Et de rappeler l’historique de ce lieu : « c’est le Préfet de l’époque qui pilotait le département avant l’autonomie des conseils généraux, qui avait expressément dévolu aux syndicats l’usage gracieux de ce bâtiment, quelle que soit la durée du bail ».

Cet article a été publié le 6 octobre 2014

Valid XHTML 1.0 Transitional CSS Valide !

Union locale CGT Paris 5ième/6ième (UL CGT 5-6)