Union locale CGT Paris 5ème/6ième (UL-CGT 5-6)

La Métropole du Grand-Paris

Grève à L’Équipe

Forte mobilisation... silence de la direction
L’appel à la grève des salariés lancé hier par l’intersyndicale et les élus de L’Équipe a été largement suivi vendredi 10 octobre par toutes les catégories dupersonnel.
L’intersyndicale se félicite de cette mobilisation et remercie tous les salariés pour leur mouvement courageux malgré les pressions et intimidations subies par plusieurs d’entre eux.
Cette grève fait suite à plusieurs mois de mobilisation consécutive à l’annonce d’un projet d’externalisation d’une partie des services administratifs en plein été. Ce transfert déguisé en PSE - à moins que ce ne soit l’inverse - n’a été annoncé que le 2 juillet alors que les élus demandaient depuis de nombreux mois si un projet d’externalisation était en préparation dans le groupe. La réponse de la direction a toujours été négative.
Depuis, malgré l’opposition répétée des élus et des syndicats à un projet qui s’attaque aux statuts des conventions collectives de la presse quotidienne nationale, la direction n’a proposé aucune réelle négociation concrète à ce sujet.
Il a fallu attendre le 9 octobre en toute fin d’une réunion très tendue pour que soit évoquée la possibilité d’un détachement des salariés concernés... pour une période d’un voire deux ans.
C’est avec une grande déception que les syndicats, pressés par le calendrier légal de la consultation du CE, ont reçu cette pseudo-proposition. Ils dénoncent aussi vigoureusement l’intervention menaçante de dirigeants du Groupe envers des salariés engagés dans la mobilisation.
Les syndicats, soutenus par les salariés réunis en assemblée générale, exigent que cessent ces méthodes archaïques et que s’instaure vraiment un dialogue social constructif et équilibré.
Alors qu’ils n’ont plus d’interlocuteur officiel, depuis le départ précipité et contraint du directeur général François Morinière, les élus et les représentants syndicaux avaient convenu, suite à l’assemblée générale du jeudi 9 octobre, d’une rencontre avec Philippe Carli, directeur général du groupe Amaury, ce vendredi 10 octobre. Ce dernier a finalement exigé
la levée de l’appel à la grève comme préalable à cette réunion. Ce n’était tout simplement pas acceptable.
Depuis, et à l’heure où nous écrivons, la seule proposition de Philippe Carli consiste en une réunion « d’échange et d’information » avec les élus du seul CE et les organisations syndicales mardi 14 octobre.
Le 10/10/2014
SNJ, SGLCE-CGT, Ufict-CGT, SNJ-CGT

Cet article a été publié le 14 octobre 2014

Valid XHTML 1.0 Transitional CSS Valide !

Union locale CGT Paris 5ième/6ième (UL CGT 5-6)