Union locale CGT Paris 5ème/6ième (UL-CGT 5-6)

La Métropole du Grand-Paris

Les retraités sur le pavé contre l’austérité

Alors que le gouvernement Valls persiste à nier l’évidence de sa politique d’austérité, et que, étonnamment, certains syndicalistes lui prêtent crédit, les retraités vont mettre aujourd’hui les points sur les i. A l’appel de l’ensemble de leurs organisations syndicales (CGT, FO, CFTC, FSU, Solidaires, FGR fonction publique), à l’exception notable de la CFDT, ils vont battre le pavé dans près d’une centaine de villes de France pour dire « leur colère et leur détermination à ne pas laisser se poursuivre la dégradation de leur pouvoir d’achat ».
Il faut une bonne dose d’aveuglement ou de mauvaise foi pour ne pas voir trace d’austérité dans le sort réservé aux pensions des 16 millions de retraités. La pension de base, versée par la Sécu pour le secteur privé, par l’état pour le public ? Pas un fifrelin d’augmentation depuis le 1er avril 2013. La prochaine revalorisation étant renvoyée au 1er octobre prochain. Soit trente mois de « gel ».
Même régime pour les complémentaires versées par l’Agirc et l’Arrco, bloquées en 2014 et à nouveau en 2015. Or, si l’inflation reste faible, ce n’est pas le cas d’une série de dépenses contraintes, pesant plus lourd sur le budget des retraités qu’en moyenne (à l’exemple des mutuelles santé, des frais de chauffage, etc.). D’autre part, ces derniers ont subi de plein fouet des mesures fiscales, telles que la suppression de la demie-part pour les parents isolés ou la fiscalisation de la majoration de pension pour enfants. Résultat, « beaucoup de retraités sont redevenus imposables pour la première fois après vingt ou vingt-cinq ans », souligne François Thiery-Cherrier, secrétaire général de l’Union des retraités CGT, en pointant les indices d’un retour de la pauvreté dans cette catégorie de la population. « Inacceptable que 10 % des retraités vivent sous le seuil de pauvreté », s’indigne la déclaration commune intersyndicale.
Selon un rapport récent de l’Observatoire national de la pauvreté, ils sont de plus en plus nombreux à demander des crédits à la consommation. Tandis que, selon l’Insee, en 2012, 7 % des retraités de 60 à 69 ans (deux fois plus qu’en 2006) occupent un emploi la moitié d’entre eux expliquant que leur retraite « ne suffit pas pour vivre ». « L’austérité est bien là, appuie François Thiery-Cherrier. Pas aussi brutale qu’au Portugal ou en Grèce, mais, au bout de compte, ce sont les mêmes résultats : baisse des pensions, du niveau de vie, privations » Rejoints par deux associations, l’Unrpa et LSR, et par la CFDT dans plusieurs départements, les six syndicats qui appellent à la mobilisation, revendiquent « la fin du gel des pensions », leur indexation sur les salaires et « un minimum de retraite équivalent au Smic pour tout retraité ayant une carrière complète ». Ils dénoncent également le report à 2016 de la loi sur l’adaptation de la société au vieillissement, « alors que le reste à charge des personnes en perte d’autonomie ne cesse de croître ».

A Paris rendez-vous est pris à 14h, place Léon Blum (Mo Voltaire) pour une manifestation en direction du ministère des Finances.

Cet article a été publié le 17 mars 2015

Valid XHTML 1.0 Transitional CSS Valide !

Union locale CGT Paris 5ième/6ième (UL CGT 5-6)