Union locale CGT Paris 5ème/6ième (UL-CGT 5-6)

La Métropole du Grand-Paris

A Paris, des éboueurs à bout

Après cinq jours de débrayage, les éboueurs parisiens ont levé la grève alors que les poubelles s’accumulaient dans la moitié des arrondissements.

Les revendications des grévistes portent sur l’avancement de carrière et les salaires. Une négociation, pour les trois prochaines années, est en cours avec la mairie sur les passages au grade supérieur. La CGT, qui a lancé le mouvement, veut des changements de grade plus rapides, ce qui permettrait d’augmenter chaque éboueur. Actuellement, les salaires sont revalorisés de 35 euros sur une période de six ans, selon Régis Viécély, de la CGT nettoiement de la ville de Paris, cité par France Info. Une réunion entre la mairie et les sept organisations syndicales doit avoir lieu ce vendredi, afin de parler du ratio de promotions. « Nous sommes dans le dur des discussions, a affirmé la mairie jeudi. Un agent sur deux a bénéficié en 2014 d’une augmentation. Mais 100 % de promus, comme le veut la CGT, c’est insoutenable pour les finances publiques. » Ce mouvement se déroule dans un contexte où le malaise est général : « On s’inquiète aussi des menaces sur nos statuts, notamment l’âge de départ à la retraite », a expliqué Frédéric Aubisse, secrétaire général de la CGT égouts, au Parisien.

Au premier jour de la grève, lundi, 56,8 % des 4 900 agents chargés de la propreté ont arrêté le travail. Et 400 d’entre eux ont bloqué quatre usines de traitements de déchets du Syctom, l’agence métropolitaine des déchets ménagers. Mardi, ils étaient encore 39 %. Selon France Info, la CGT nettoiement de la ville de Paris estime à 80 % le taux de grévistes parmi les conducteurs de bennesmercredi (30 % des éboueurs). Selon la mairie, environ 45 % des agents étaient en grève jeudi, dont 33 % des 945 conducteurs de bennes.

La mobilisation ne concernait que les arrondissements où la collecte est assurée par des agents de la ville, soit la moitié d’entre eux. Une partie des arrondissements où les éboueurs étaient en grève effectue aussi une collecte a minima. Ailleurs, ce sont des sociétés privées qui s’en chargaient. Depuis mardi, des tournées complémentaires, assurées par le privé, avaient été mises en place par la mairie.

Cet article a été publié le 10 octobre 2015

Valid XHTML 1.0 Transitional CSS Valide !

Union locale CGT Paris 5ième/6ième (UL CGT 5-6)