Union locale CGT Paris 5ème/6ième (UL-CGT 5-6)

La Métropole du Grand-Paris

Les 32 heures ? (n° 10)

L’UL postera par étape 10 courtes questions autour de ce sujet. Ce dossier est issu de celui réalisé par la confédération.

10 )La réduction du temps de travail constitue-t-elle un handicap pour la compétitivité
des entreprises ?

L’argument était copieusement utilisé par le patronat au moment de l’application des 35 heures. Depuis, l’Insee a calculé que la réduction du temps de travail associée à la refonte de l’organisation du travail a engendré des gains de productivité à hauteur de 4 % à 5 %.
En fait, cette question renvoie à un débat plus général portant sur la conception même de la compétitivité. Le Medef en a une conception étriquée, essentiellement fondée sur la réduction des coûts salariaux. Il n’y a pas d’avenir de ce côté-là, sachant que certains pays pratiquent des coûts salariaux cinquante fois inférieurs aux nôtres. Fort heureusement, l’expérience montre que la compétitivité ne se résume pas au niveau des coûts salariaux. Sinon, comment expliquer que la France se situe au quatrième rang des pays d’accueil des investissements étrangers dans le monde, après les États-Unis, la
Chine et le Royaume-Uni ? Les coûts salariaux dans l’industrie manufacturière allemande sont supérieurs à ceux pratiqués en France, ce qui ne semble pas nuire à la compétitivité de nos voisins d’outre-Rhin.
Une autre approche de la compétitivité est donc possible, fondée sur la qualité du travail humain et des produits. Les salariés constituent encore la meilleure ressource de l’entreprise. D’ailleurs, les plus compétitives ne sont-elles pas souvent celles qui accordent un statut social élevé à leurs salariés ?

Cet article a été publié le 20 novembre 2015

Valid XHTML 1.0 Transitional CSS Valide !

Union locale CGT Paris 5ième/6ième (UL CGT 5-6)