Union locale CGT Paris 5ème/6ième (UL-CGT 5-6)

La Métropole du Grand-Paris

Des postes d’éducateurs de rue menacés en Ile-de-France : à quoi les économies mènent-elles ?

Le département des Yvelines a prévu de réduire son enveloppe consacrée aux associations de prévention spécialisée : elle devrait passer de 6,7 millions d’euros par an actuellement à 4,5 millions environ à partir de 2016. Conséquence : 11 villes sur 22 ne seront plus couvertes par le dispositif, notamment La Celle Saint Cloud, Versailles, Saint-Germain en Laye et Conflans Sainte Honorine.

Les territoires qui ne bénéficieront plus du travail des éducateurs de rue sont des communes déjà sorties du dispositif politique de la ville. Pour Malika Zekri, qui travaille
à Achères pour l’association APSY, "ces communes et cette jeunesse-là vont encore être sabrés".

A Paris, la ville a du faire face à la grogne des éducateurs de rue. Le conseil de Paris devait examiner le 16 novembre une réduction d’une quinzaine de postes d’éducateurs et le retrait du financement pour 2 des 14 associations de prévention spécialisée. Un conseil reporté en raison des attentats.
Finalement, le financement sera examiné lors du conseil de Paris des 14 au 16 décembre et Colombe Brossel, adjointe chargée de la Sécurité, de la Prévention, de la Politique de la Ville et de l’Intégration, annonce au contraire le rajout de 3 postes et le maintien de l’enveloppe budgétaire de 20 millions d’euros par an.

Interview et vidéos à l’adresse https://www.francebleu.fr/infos/societe/en-ile-de-france-des-educateurs-de-rue-menaces-malgre-les-attentats-1448538571

Cet article a été publié le 2 décembre 2015

Valid XHTML 1.0 Transitional CSS Valide !

Union locale CGT Paris 5ième/6ième (UL CGT 5-6)