Union locale CGT Paris 5ème/6ième (UL-CGT 5-6)

La Métropole du Grand-Paris

Report de la présentation de loi « El Khomri »

Chargé de faire retomber la fièvre sociale, Manuel Valls a annoncé lundi le report de 15 jours de la présentation en conseil des ministres du projet de loi El Khomri sur le Code du travail. En marge du Salon de l’agriculture à Paris, le Premier ministre a fixé implicitement de nouvelles lignes rouges très claires face à la mobilisation politique et syndicale. Sur les points les plus chauds - primauté de l’accord collectif sur la loi, plafonnement des indemnités aux prud’hommes ou définition du licenciement économique - l’exécutif n’entend pas baisser les bras. Pendant ces 15 jours, « on ne doit pas aboutir à la dévitalisation du projet de loi, explique-t-on à Matignon. On aura toujours des oppositions, on ne va pas tomber dans une forme de compromis qui enlève de la lisibilité au texte. » La présentation du texte en conseil des ministres prévue le 9 mars est reportée au jeudi 24 mars.

A quoi vont donc servir les deux semaines qui viennent ? « Puisque le débat s’est emballé il faut restituer la réalité de cette loi, explique posément Manuel Valls après plusieurs face-à-face tendus avec des agriculteurs lundi matin. Il veut « se réserver la possibilité de changer (le texte) si besoin était », a commenté le ministre de l’économie E. Macron. Le premier ministre a toutefois nié tout recul : « Le recul, ce serait abandonner le texte. »

De leur côté, les organisations patronales ont estimé lundi que le report de la présentation du projet de loi sur le travail allait permettre de « faire de la pédagogie », mais ont mis en garde le gouvernement contre tout « affadissement » du texte face à la « fronde » d’une partie de la gauche. « La réforme doit rester très ambitieuse », a réagi un porte-parole du Medef, principal syndicat patronal.

Les opposants au projet de loi - leur pétition atteind ce matin 776 000 signatures - voient dans cette suspension une première victoire mais demandent en effet le retrait pur et simple du texte. De son côté, le gouvernement ne bouge pas sur le calendrier parlementaire et parle d’une loi qui sera définitivement adoptée au mois de juillet. Ce qui laisse planer le doute sur un éventuel examen en urgence au Parlement, de quoi braquer.

Déclaration de la CGT

Cet article a été publié le 29 février 2016

Valid XHTML 1.0 Transitional CSS Valide !

Union locale CGT Paris 5ième/6ième (UL CGT 5-6)