Union locale CGT Paris 5ème/6ième (UL-CGT 5-6)

La Métropole du Grand-Paris

ANI, la santé au travail en danger

Accidents du travail, CHSCT malmené.
Les ravages du néolibéralisme ne sont plus à démontrer : intensification du travail, mise en concurrence des salariés, pressions incessantes à travers l’évaluation ... risques psychosociaux, troubles musculosquelettiques, toutes sortes de pathologies liées au stress se développent à grande vitesse avec leur cortège de drames humains.
Aujourd’hui encore, la composition complète des produits chimiques utilisés dans la production reste secrète y compris pour ceux qui en usent directement : le système de déclaration européen Reach a dû s’incliner devant le secret commercial de fabrication, prioritaire sur la santé des salariés. Les procès sur l’exposition à l’amiante est toujours en attente.
Le pouvoir du CHSCT, malgré l’intervention grandissante des salariés reste un pouvoir sous contrôle.
L’accord national interprofessionnel de janvier 2013 vient encore limiter ce pouvoir qui effraie tant les employeurs.
Le droit à l’expertise des CHSCT sera contrôlé, réduisant d’autant la portée de ses préconisations.
Un même sujet traité par différents CHSCT d’une même entreprise devra relever d’une coordination des CHSCT. L’avant-projet de loi a même évoqué la possibilité pour l’employeur de choisir la composition de cet organisme de coordination s’il y a plus de 20 CHSCT.
Ces attaques répétées rappellent que le CHSCT est bien l’instance qui a potentiellement le plus de pouvoir dans l’entreprise. Il faut le défendre, lui donner les moyens de son indépendance face à l’employeur, consolider les élus dans leur rôle avec de nouveaux droits.
L’éclatement de l’entreprise en un réseau organisé de petites et même très petites entreprises doit, par exemple, conduire à la généralisation des CHSCT de site.

Cet article a été publié le 10 mai 2013

Valid XHTML 1.0 Transitional CSS Valide !

Union locale CGT Paris 5ième/6ième (UL CGT 5-6)