Union locale CGT Paris 5ème/6ième (UL-CGT 5-6)

La Métropole du Grand-Paris

Impôts, tout se dégrade

Finances Publiques Paris : audience du 16/09 accordée aux agents du site du 13ème
« on n’en peut plus, on ne peut plus faire notre travail ! »
vendredi 4 octobre 2013

Compte-rendu unitaire CGT Finances Publiques Paris, Solidaires Finances Publiques Paris, FO DGFIP.
Le 16 septembre 2013, les agents de l’ensemble du site du 13ème arrondissement, exaspérés par des conditions de travail dégradées, ont demandé à être reçus de toute urgence, avec leurs organisations syndicales, SOLIDAIRES, CGT, et FO, par la Direction. Face à cette grogne, le Directeur de la DRFiP Paris leur a accordé une audience le 24 septembre : M Péry (responsable intérimaire du pole pilotage et ressources), M Daas (adjoint au responsable RH), M Douis (responsable du service logistique BIL), M Bonnal (adjoint au responsable du pole SO) et Mme Tedesco (responsable du SIP Maison Blanche) étaient présents à cette audience pour répondre à l’interpellation d’une soixantaine d’agents venus des SIE, SIP, CDIF, PCE et FI. Des pétitions leur ont été remises à l’issue de cette réunion.
M Péry a rappelé en début d’audience qu’il avait été interpellé le 16 septembre sur les conditions d’accueil du public sur le site du 13ème Tolbiac et sur les problèmes du SIP Maison Blanche mais que suite aux interpellations ultérieures et à l’afflux d’agents, il pouvait ouvrir le débat sur les autres structures du site. Il lui a été clairement rappelé que le mouvement était à l’initiative des agents du 13ème sur leurs conditions de travail liées au déficit d’emplois.
M Péry a proposé d’établir un dialogue sur deux points : sur l’organisation physique de l’accueil et sur la question de l’emploi. Il a tenté d’imposer un ordre du jour pré-formaté, que les témoignages bouleversants des agents ont balayé.
Le fond du problème exprimé, pendant 2 heures et demie, par les agents est lié à la perte d’emplois et à l’augmentation de la charge de travail liée à l’expansion immobilière du 13ème arrondissement se traduisant par des augmentations d’occurrences impactant tous les services, non prises en compte dans le calibrage des effectifs des SIP, SIE et CDIF car les données qui ont servi à calculer le nombre d’emplois datent de 2009 et 2011.
L’accueil, qui est la priorité et la vitrine de la DGFIP absorbe toutes les forces de travail du SIP Maison Blanche. Le remplacement des pauses méridiennes et des absences représentent plus de soixante heures hebdomadaires !
Le manque critique d’effectif et les contraintes d’accueil peuvent se traduire par une attente du public 2H à l’extérieur et 3H à l’intérieur ! Ces conditions de travail génèrent une fatigue extrême et un stress pour les agents ainsi qu’une irritabilité accrue chez les contribuables. Les autres missions du SIP Maison Blanche sont abandonnées de fait au profit de l’accueil.
La baisse des effectifs au SIP Gare génère le même type de contraintes conduisant les agents de la Gestion Publique à prioriser certaines tâches. Pour les agents de la filière fiscale, ces contraintes ne leur donnent plus de marges de manœuvre et ne leur permettent plus de dégager du temps pour un soutien supplémentaire de l’accueil.
Seule l’arrivée de nouveaux collègues peut permettre d’assurer les missions d’accueil dans des conditions décentes.
Pour le SIE Gare le manque d’effectifs consécutif aux suppressions d’emplois génère les mêmes conséquences sur les différentes tâches qui leur sont dévolues. Des agents ont été affectés à une cellule RAR créée en urgence fin 2012 avec pour seul but d’éviter les prescriptions en 2014, avec des centaines d’ANV à rédiger ! Les contrôleurs d’IFU ont en charge 1500 à 1600 dossiers de la création à la mise en recouvrement. La disparition des emplois C entraîne un problème de répartition des tâches. Il y a à ce jour 4 agents C au SIE Gare en 2013, et il en restera 3 en 2014. Le départ d’un C en 2014 va même bloquer l’accueil du public.
Quant au CDIF, la remarque a été faite que la baisse des effectifs et les absences ont laissé le 6ème arrondissement en jachère. De plus, la révision des locaux professionnels a été “judicieusement” programmée au même moment que la campagne TF !
Face à ces mécontentements, la Direction a répondu partiellement ou a renvoyé ses réponses à plus tard :
en terme d’emplois : à court terme et de manière temporaire, la Direction a affecté au SIP Maison Blanche 2 agents de l’équipe de renfort (gestion publique) en septembre, plus 1 en octobre et 1 EDRA (filière fiscale) cadre C au 1er octobre ;
pour l’aménagement de l’accueil : la Direction, tout en avouant être à court d’idées, envisage de faire appel à des « compétences » extérieures pour étudier des solutions de réaménagement de l’accueil. Cette étude pourrait être complétée par la mise en place d’un groupe de travail associant les agents et des représentants des personnels. Cette solution, séduisante en apparence, constitue une manœuvre dilatoire de la Direction pour court-circuiter les compétences du CHSCT, instance officielle et dont les prérogatives portent pourtant sur les conditions de travail ! En attendant la fin de cette étude hypothétique, les agents attendent toujours des solutions concrètes aux maux qui les affectent au quotidien ;
charges de travail : la Direction va étudier, là encore, les ratios charges/emplois afin de « tenter » de prendre en compte la réalité du travail des agents des différents services, qui doivent faire face à une augmentation constante et bien réelle de la population et des entreprises. Finalement la proposition faite aux SIE est plus qu’incertaine, puisque l’éventuel re-calibrage d’emplois interviendrait au mieux en septembre 2014... les collègues devront faire avec la pénurie d’emplois...
Face à la Direction, l’ensemble des agents avec leurs organisations syndicales continuent à réaffirmer leurs revendications et attendent toujours des réponses concrètes de toute urgence à leurs préoccupations :
comblement immédiat des vacances d’emplois ;
recrutement d’agents à la hauteur des besoins pour réaliser toutes les missions ;
remplacement de toutes les absences (congés maternité, congés de maladie) ;
réajustement des effectifs en rapport avec le travail réel généré par l’augmentation des populations du 13ème arrondissement, qu’il s’agisse des SIP, des SIE et du CDIF ;
donner les moyens nécessaires à la réalisation de toutes nos missions et d’un travail de qualité ;
un passage du staff de direction pour constater le travail et ses difficultés dans le 13ème arrondissement et donner des réponses à l’ensemble des agents.

Cet article a été publié le 6 octobre 2013

Valid XHTML 1.0 Transitional CSS Valide !

Union locale CGT Paris 5ième/6ième (UL CGT 5-6)